Matrices (2019) 

56 écrans de sérigraphie textile, émulsion photosensible, palette

56x46cm chaque. 

Crédit Salim Santa Lucia

Descritption

La représentation de l’exécution de l’autorité chez les chefs d’orchestres met en avant une codification du langage corporel. Toute aussi spécifique que celle du chef d’orchestre, la pratique politique du discours, étudiée pour devenir communicationnelle, se traduit également en rythmes, en tonalités mais aussi par la gestuelle.  Souvent mises en avant dans la photographie dite politique, les mains se détachent d’un fond neutre ou noir. Eclairées, théâtralisées, elles se baladent dans les airs au rythme du discours, de la «partition». 

​La série Matrices réunit sur un mur une cinquantaine d’écrans de sérigraphies textiles, technique industrielle permettant le "marquage" et la réitération mécanique d'un même motif, renvoyant symboliquement aux origines du chef d'orchestre au XIX ème siècle dans le contexte d'une société  productiviste naissante et son rôle dans le contrôle des masses. 

​Associées à des indications de partition musicale - «avec douleur», «avec le coeur», «silence», «taisez-vous», «regardez-moi», «sur la touche», les matrices isolent différents éléments du lexique performatif de la main gauche du chef d'orchestre, celle dite du cœur, censée exprimer sa poésie. Chaque main représentée donne corps à une injonction imprimant le corps des musiciens, comme si sa singularité ne pouvait s’imposer, au fond, que par  coercition.

Ainsi, fondée sur la relation entre les chefs d’orchestres et les chefs d’Etats - ou autres représentants du pouvoir, la série Matrices propose de questionner le geste comme représentation de l'autorité ainsi que son transfert et ses répercussions visibles ou invisibles  sur nos corps.


 

S

BOUCHERIT MATTHIEU-MATRICES
BOUCHERIT MATTHIEU-MATRICES

Titre 1