Projet HOPE BEHIND IMAGES

Anamnesis (2018-present)

Gelatino Bromure d'argent sur lames porte-objet de microscope.

7,2x2,5x0,11cm chaque

BOUCHERIT MATTHIEU-HOPE BEHIND I
BOUCHERIT MATTHIEU-HOPE BEHIND IMAGES
BOUCHERIT MATTHIEU-HOPE BEHIND IMAGES

Description

Le projet Hope behind images, tend à faire se croiser différents aspects de la photographie dite informationnelle, de sa fabrication à sa diffusion, de sa réception à son partage. L’ensemble vise à construire, par l’utilisation de techniques diverses, une certaine histoire des regards, un parcours à travers lequel nos attentes et le pouvoir que nous projetons en l’image sont mis en lumière.

Aujourd’hui, enfermés dans des paysages virtuels qui nous sont imposés par les réseaux sociaux, via leurs algorithmes qui construisent un profil psychologique autour de nos centres d’intérêt, le régime du visible semble avoir basculé vers celui des affects.

Réalisée sur près de deux ans, Anamnésis, dont le terme médical désigne le retour d’une mémoire sur laquelle se construit la plainte d’un patient, présente l’archivage du paysage virtuel qui m’a été « proposé » ou « imposé » par les réseaux sociaux. Après un long travail de recherche technique en laboratoire, ces captures d’écrans ont ensuite été matérialisées au gélatino-bromure d’argent – première technique à être industrialisée de façon massive par les laboratoires Lumière - sur des lames de microscopes et stockées par centaines dans des coffrets. Évoquant par la forme l’univers biomédical, l’ensemble constitue en quelque sorte l’ADN dans lequel sont inscrits les maux de notre société contemporaine.

Faisant état des différents événements qui ont eu lieu lors de cette période, tel un reportage, ce travail aborde les notions d’affects, de blessures, d’indignations, mais également celle d’un flux enfin figé renversant les techniques de conservations photographiques actuelles. Chaque lame cristallise, au delà de son contenu, une prise de conscience par laquelle certains événements ou faits (parfois) divers sont devenus de réels combats et des luttes généralisées. Du sentiment coupable de ne pouvoir agir sur le réel, le partage de l’image et de notre indignation, se révéla parfois efficient. L’espoir tiendrai peut être dans ce même flux tant critiqué.